Ducati People

Episode 2
Casey Stoner

Entretien avec Casey, octobre 2018

Le nom de Casey Stoner n'a pas besoin d'être présenté. Ces dernières années, le double champion du monde australien a choisi d'être plus Casey et moins Stoner, pour construire la dimension professionnelle qui lui a permis de concilier vie privée, rythmes durables et engagements de la course moto. C'est un équilibre que l'on remarque tout de suite en le rencontrant. Casey est exactement ce qu'il semble être : un individu authentique et gentil, mûr pour son âge, qui fait passer le respect et l'équité avant tout, même si dans le grand monde du MotoGP, sa nature réservée et ses choix ont souvent semblé non conventionnels. Nous avons eu une longue discussion informelle avec lui sur les aspects les plus personnels de sa relation à long terme avec les motos et son retour excitant chez Ducati. Voici ce qu'il nous a dit. 

Votre famille vous a beaucoup encouragé et soutenu ; votre père a toujours été à vos côtés tout au long de votre carrière. Quelle a été la chose la plus importante que vous avez apprise au cours de ces années ?

Eh bien, comme j'ai commencé si jeune, ce sont évidemment mes parents qui m'ont fait monter sur un vélo pour la première fois, avec un fort désir de me voir réussir. Cela m'a appris que l'on n'arrive à rien dans la vie sans avoir quelqu'un à ses côtés : un parent, un bon ami ou un sponsor. Votre passion commune vous rapproche et cela vous aide à atteindre vos objectifs dans la vie.

Vous avez couru et concouru sur des pistes de terre jusqu'à l'âge de quatorze ans, n'est-ce pas ? Cela a-t-il influencé votre style de course, surtout lorsque vous êtes passé au niveau MotoGP ?

En Australie, on ne peut courir sur dirt track ou motocross que jusqu'à l'âge de quatorze ans. Il n'y a pas de minimoto ou autre chose de ce genre, comme en Europe. Cependant, j'ai beaucoup appris en faisant du tout-terrain. Ensuite, lorsque j'ai commencé à courir sur route, il m'a fallu plusieurs années pour acquérir la même confiance que les pilotes européens. Mais lorsque je suis passé à des catégories plus puissantes, c'est devenu plus facile pour moi, car je pouvais résoudre les problèmes de traction du train avant en utilisant la puissance du train arrière. 

Avez-vous eu un héros en particulier, un coureur qui vous a vraiment inspiré ?

Mick Doohan a toujours été mon modèle, depuis que je suis tout jeune. Même avant qu'il ne soit champion du monde et avant l'accident qui lui a abîmé la jambe. Le fait qu'il soit revenu, qu'il ait gagné des courses et qu'il ait dominé pendant longtemps m'a confirmé qu'il était le plus grand coureur de tous les temps : c'était le type de personne que je voulais imiter. Nous avons même couru ensemble. C'était un tel privilège d'apprendre à le connaître ! 

Casey, ton père était un pilote, et ta sœur aînée a également fait de la moto quand elle était jeune. Ta passion pour les motos, tu l'as héritée de ta famille ?

Oui, en quelque sorte. Mon père préparait des motos et faisait des courses, mais pas à un niveau professionnel. Et ma sœur participait à des courses quand elle était très jeune, mais elle a arrêté. Ensuite, c'était mon "tour" de représenter la famille en course. Donc pour moi, c'est de là que vient la passion.

Vous avez commencé à faire de la moto à l'âge de trois ans, sur la moto de votre sœur, c'est exact ? Quel est votre meilleur souvenir de cette période ?

Eh bien, j'étais très petit. Mais en regardant les photos de cette période, vous pouvez voir que j'aimais ça plus que tout. Je voulais rouler à toute heure de la journée. La seule restriction était la quantité d'essence dans le réservoir ! Lorsque j'ai été assez âgé pour avoir mes propres souvenirs, j'étais déjà très compétitif et je faisais tout ce que je pouvais pour devenir meilleur. Mais la plupart des meilleurs souvenirs que j'ai sont liés au simple fait de profiter des motos avec mes amis et ma famille. Par exemple, s'amuser tout l'après-midi sur une petite piste.

En 2012, vous décidez de vous retirer du MotoGP au sommet de votre carrière. Mais ensuite, votre passion vous a conduit à revenir dans le sport, avec Ducati.

Oui, c'était une grande décision et je ne l'ai pas prise à la légère. À ce moment-là, en 2009, j'avais quelques problèmes de santé ; je me fatiguais sans cesse sur la piste. Nous avons alors découvert que j'étais intolérant au lactose, et que je n'absorbais donc pas les nutriments dont j'avais besoin pour créer de l'énergie. Nous avons réglé ce problème et ma vie a changé pour le mieux. Mais à ce moment-là, j'ai aussi compris qu'il n'y avait pas que la course dans la vie et que le succès sportif n'était pas tout pour moi. C'était une grande décision, mais une décision dont je suis très heureux. Revenir chez Ducati était un défi pour moi, mais c'était une décision que j'ai prise par passion. Je sentais que je pouvais aider Ducati à revenir au sommet, et je voulais les aider à gagner des courses à nouveau. Je suis retourné travailler aux côtés de personnes avec qui j'avais partagé de grands succès et de fantastiques souvenirs. C'était un sentiment formidable. Lorsque vous travaillez avec des gens en qui vous avez confiance, comme c'est le cas chez Ducati, vous développez des relations très étroites, et vous pouvez le voir avec les résultats sur la piste. Revenir chez Ducati, c'était comme rentrer à la maison. 

En quoi le Casey Stoner d'aujourd'hui est-il différent du Casey Stoner qui pilotait la Desmosedici ?

Eh bien, quand je courais, même la plus petite chose pouvait faire la différence. Vous avez une équipe qui travaille très dur et une entreprise derrière vous, et ils attendent beaucoup de vous, et la moindre erreur de votre part peut vous faire perdre une course ou un championnat. Maintenant, je peux simplement apprécier de travailler avec l'équipe, sans les pressions que j'avais auparavant. Je suis très fier lorsque nous remportons une course ou que nous faisons une belle course, car j'ai l'impression d'avoir fait de mon mieux pour donner aux pilotes le meilleur équipement possible pour relever le défi. Mes valeurs n'ont pas vraiment changé depuis l'époque où je courais, mais maintenant j'ai encore plus d'énergie pour me concentrer sur ce que nous devons faire en tant qu'équipe, c'est-à-dire développer la moto. 

Tous les fans de Ducati sont très attachés au titre mondial que vous avez remporté en 2007. Avez-vous une histoire amusante à nous raconter sur ce moment très spécial ?

Gagner le championnat 2007 a été une expérience fantastique. Après une petite célébration, nous sommes retournés à l'hôtel, avons fait nos bagages et avons sauté dans le bus pour nous rendre à notre prochaine destination. Le chauffeur a décidé de ne pas prendre l'autoroute jusqu'à l'aéroport, et comme je n'avais rien mangé - j'avais juste bu du champagne pour fêter ça - ces deux heures sur des routes venteuses, l'estomac vide, ont été un véritable cauchemar. Mais avec le recul, nous pouvons en rire maintenant... Après la dernière course à Valence, nous avons pu célébrer un peu mieux. Nous avons eu un soutien fantastique de la part des Ducatistes et de tout le monde chez Ducati. we got to celebrate a bit better. We had fantastic support from the Ducatisti and everybody in Ducati

Vous avez probablement plus d'occasions maintenant de faire de la moto par pur plaisir. Quel genre de motocycliste êtes-vous pendant votre temps libre ?

Je ne ressens pas le besoin d'aller vite, il y a toujours la piste pour ça. Je me contente de rouler, ou je fais du hors-piste. J'adore découvrir de nouveaux sentiers. Je peux enfin profiter du tout-terrain comme avant, c'est l'une des choses que j'aime le plus. J'ai la chance de pouvoir tester de nouvelles motos fantastiques sur piste, ainsi que de faire des randonnées dans la nature avec mes amis. 

Quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise en faisant de la moto ?

Eh bien, j'ai beaucoup appris de la défaite : par exemple, j'ai appris à gérer mes adversaires et mes coéquipiers, ce qui, je pense, est également utile dans la vie. Avant, j'avais l'habitude de me défendre contre ce que je percevais comme des attaques, alors que maintenant j'ai appris à accueillir cela et à l'utiliser à mon avantage. Le Racing m'a aidé à comprendre différents types de personnes et de situations, à accepter les opinions des autres et à mieux vivre ma vie. 

Votre aînée, Alessandra : elle est si jeune mais elle est déjà une brillante motocycliste. Êtes-vous fière d'elle ?

Oui, ma fille a six ans et demi et fait de la moto depuis qu'elle a trois ans. Mais pas tous les jours ni même toutes les semaines ; elle préfère la danse... Parfois, nous allons faire de la moto ensemble et nous nous amusons bien. Je ne veux pas la forcer à monter à cheval juste parce que je le fais. Je pense qu'elle fera autre chose dans la vie, mais je veux être celui qui lui apprendra à rouler. La moto jouera toujours un rôle important dans notre famille. 

Qu'aimeriez-vous enseigner à vos enfants dans le monde de la moto ?

Je veux simplement qu'ils aiment la moto à leur manière. C'est différent pour tout le monde. Il peut s'agir du style de conduite, des merveilleuses émotions que l'on ressent en roulant en dehors des routes ou sur les circuits, du sens de l'aventure, de la vitesse ou même de l'aspect mécanique. J'aimerais qu'ils roulent ensemble, mais je ne veux pas leur mettre la pression. Nous verrons ce que l'avenir nous réserve ! 

Subscribe to the Ducati newsletter

By entering your email address you will always be up to date with the latest Ducati news and promotions.

At any time you can complete your registration and create your profile on MyDucati section to receive personalised communications and access all features. 

Enter a valid email address