Mario Recchia

Interview avec l'un des plus célèbres mécaniciens et pilotes historiques de Ducati

Mario, quand avez-vous commencé à travailler pour Ducati ?

J'ai commencé en mars 46. J'étais un mécanicien, je faisais la maintenance de véhicules.

Quel âge aviez-vous quand vous êtes arrivé à Bologne ?

J'avais 20 ans. Ils étaient encore en train de remettre l'usine en état.

Quel a été votre premier travail chez Ducati à Bologne ?

Je fabriquais des moteurs Cucciolo. J'ai travaillé sur dix d'entre eux. Puis l'équipe a commencé à courir.

Donc vous étiez dans le département des échantillons de Cucciolo.

Oui, dans les modèles de pré-production.

Quand avez-vous commencé à courir ?

Ça devait être en 47, avec Cucciolo, sur la Via Emilia. Et j'ai gagné la course.

Vous êtes ensuite devenu le champion d'Emilia.

Oui, en 1951. A l'époque, Ducati ne savait même pas ce qu'était une course. Ils ont commencé pour de bon quand Taglioni est arrivé. Puis vint Farné, c'était vers 1952. Je l'appelais "topolino" ou petite souris parce qu'il ressemblait un peu à une souris.

Avec Ducati, tu as aussi couru avec la Marianna dans le Motogiro de 55, 56 et 57.

J'avais mon propre moteur, il était rapide et je faisais ce que je voulais. Mais quand Tartarini courait, on m'ordonnait de l'attendre et, s'il s'arrêtait, je devais l'aider. Une fois qu'il s'est retrouvé dans un fossé, je ne pouvais plus le suivre. Une autre fois, je l'ai "tiré" jusqu'à Trieste.

Vous avez fabriqué votre propre moteur. Chaque coureur gérait-il son propre véhicule ?

Non, pas tous. Je faisais le mien et je réparais aussi celui des autres, comme celui de Spaggiari, de Villa et de Gandolfi.

Gandolfi, le pauvre, était un grand pilote mais il avait l'habitude de casser des moteurs. J'ai donc dû les rendre plus fiables.

Vous êtes-vous considéré comme un pilote à part entière ?

Pas vraiment, car je laissais passer les autres.

En bref, un domestique, pour utiliser un terme de cyclisme.

Oui, mais une fois, ils m'ont laissé libre dans l'étape de Bolzano à Verbania et je l'ai gagnée, parce que je connaissais parfaitement cette route : J'avais l'habitude d'y tester des moteurs. Mais je suis un automobiliste par expérience.

Vous avez travaillé pour la Siluro et la moto de Hailwood sur l'île de Man.

Mike HailwoodTM était un coureur comme il y en a peu. Il était toujours heureux, il disait toujours "ok, ok" à tout. Il avait un caractère très égal. Et il avait l'habitude de gagner.

Dans quels départements avez-vous travaillé chez Ducati ?

Dans le département des courses, dans le département de l'expérience et ensuite, pendant six ans, dans celui des véhicules, quand ils faisaient les Triumph. A la fin, ils m'ont nommé contremaître, où les moteurs étaient montés sur les cadres.

Comment était votre relation avec Taglioni ?

C'était une très bonne personne, mais parfois nous devions lui demander de l'argent supplémentaire, parce que les fonds n'étaient pas suffisants. Je fais référence à la période entre 65 et 70.

Maintenant, vous travaillez avec la NCR.

Oui, mais je le fais surtout par passion. Heureusement, j'ai maintenant ma pension et mes enfants qui m'aident, donc je ne travaille pas par nécessité. Je vais là-bas pour les aider, car j'ai toujours Ducati dans mon cœur.

Quel souvenir gardez-vous de Farné ?

La "souris" avait une mise au point étonnante. Je lui donnais le matériel et il faisait ce qu'il voulait, il avait l'oreille juste pour la carburation.

Racontez-nous l'histoire du Cruiser, car beaucoup de gens ne connaissent pas les problèmes qu'il a entraînés.

C'était moi et Pedrini, le concepteur du moteur. Ils voulaient mettre la boîte de vitesses automatique et cela écrasait toute la puissance du moteur. Ça ne marchait pas du tout. J'ai suggéré une boîte de vitesses mécanique, mais ils m'ont dit que ce n'était pas possible. Et le Cruiser n'était pas du tout performant. Quand on l'a testé à Turin, même Lambretta l'a dépassé. Elle a mis du temps à arriver. Et j'ai dit : "Elle n'est toujours pas bonne, on doit la retravailler." C'était une belle moto, avec un démarrage automatique, des flèches, mais elle ne fonctionnait pas, la boîte de vitesses était un problème. Finalement, l'échec du Cruiser a conduit à 920 licenciements. C'était un choix d'entreprise malheureux. Mais Ducati est allé de l'avant.

Ducati se souvient encore du moment où vous faisiez une course avec la Cucciolo et qu'un roulement est tombé en panne.

J'étais sur le Milan-Taranto, j'ai fait le plein à Florence et j'ai aussi acheté des fruits pour manger quelque chose en route. A Sienne, le moteur est tombé en panne, j'ai mis le Cucciolo sur un poteau et j'ai changé l'axe, mais les galets que j'avais montés s'étaient dilatés à cause de la chaleur. Je n'avais pas de graisse, alors j'ai étalé une banane à la place. Et j'ai atteint la ligne d'arrivée avec. 

Inscrivez-vous à la newsletter

Saisissez votre courriel et vous serez toujours informé sur les nouveautés et les promotions Ducati.

Vous pouvez à tout moment compléter votre inscription et créer votre profil sur Ducati.com pour recevoir des communications personnalisées et accéder à toutes les fonctionnalités.

Vous consentez à la politique de confidentialité
Saisissez un courriel valide