Ducati People

Audrey Weedon

Une passion pour les moteurs née dans la famille, une période difficile où tout ce qui lui était cher semblait s'écrouler et une renaissance déterminée, qui l'a vue piloter la moto dont elle avait rêvé de tout son cœur. Audrey Weedon, 38 ans et originaire de Suisse, a été l'une des premières femmes en Europe à acheter une Panigale V4 R. Elle nous a raconté son histoire, faite de fierté et d'amour, de détermination et de passion, lors d'un week-end italien spécial où elle a pu profiter des sensations du MotoGP à Misano et visiter le siège et le musée Ducati à Borgo Panigale. 

Crédits photo Fares Hammoud

Audrey, parlez-nous de vous.

Je travaille dans le service commercial et marketing d'une entreprise de transport. J'ai dû déménager souvent pour des raisons professionnelles. Aujourd'hui, je vis au Luxembourg, mais avant cela, j'ai travaillé pendant de nombreuses années à Londres, Los Angeles et au Colorado.

Et quand êtes-vous devenu passionné de motos ?

Il y a environ 12 ans, avec mon frère. Il avait l'habitude de me dire : "Audrey, je te trouve tellement géniale et coriace. Tu devrais passer un permis moto". Nous avons toujours été assez compétitifs, alors s'il pouvait conduire une moto... alors je pouvais aussi en conduire une ! J'ai donc obtenu mon permis. La première moto que j'ai pilotée était sa Ducati 916, une moto dont il rêvait depuis des années. J'étais tellement nerveuse et excitée ! Je me souviens de chaque détail de ce moment !

Puis il y a eu ta première Ducati !

Oui, quelques années plus tard. Une Monster 696 que j'ai baptisée "Tessa". Une super moto que j'aimais vraiment. Je l'utilisais tous les jours, pour aller au travail ou dans les bike cafés de Londres et pour voyager le week-end. Je me sentais chez moi et libre dès que je montais sur mon Monster. " Tenace ", comme disait mon frère. Faire de la moto m'a donné confiance en moi.

La V4 R, par contre, était associée à une phase complètement différente et très difficile de votre vie.

Oui... il y a six ans, mon frère est décédé, une perte qui a bouleversé ma vie. Par exemple, j'ai dû quitter mon emploi à Londres et faire face à un certain nombre de problèmes juridiques liés à sa mort. Et malheureusement, je n'ai pas pu garder sa Ducati 916, qui avait beaucoup compté pour nous.

Les années qui ont suivi ont été très dures : j'ai essayé d'accepter ma nouvelle réalité et de faire face à une relation très difficile dans ma vie. Au début de cette année, ma confiance en moi était au plus bas, et à ce moment de ma vie, je me suis demandé ce que mon frère m'aurait dit. Il m'aurait dit de redevenir géniale et dure et de remonter sur une moto ! Et c'est donc ce que j'ai fait. Je suis allé directement chez le distributeur Ducati Luxembourg et j'ai choisi la plus belle moto que j'ai jamais vue, la V4 R !

Et ensuite ? Que s'est-il passé ?

Ce n'était pas si simple car le distributeur m'a dit que la V4 R était en rupture de stock. Mais pour une raison ou une autre, je ne pouvais pas abandonner. Je sentais que c'était la seule moto pour moi, aucune autre ne ferait l'affaire. Et puis un miracle s'est produit. Quelques jours plus tard, j'ai reçu un appel téléphonique. Il y avait une V4 R pour moi en Italie ! Je suis restée sans voix. Peut-être parce que certains souhaits semblent trop ambitieux pour se réaliser un jour. Et pour moi, la V4 R n'était pas seulement la plus belle chose au monde, c'était aussi mon plus grand défi. Parce que rouler à nouveau signifiait commencer à faire les choses bien. Et je savais que je ne pouvais le faire que sur cette Ducati.

Et votre V4 R est enfin arrivée....

Oui, les premiers jours, j'étais tellement excité que je ne pouvais même pas dormir ! La V4 R est beaucoup, beaucoup plus qu'une simple moto. J'avais l'impression que la piloter exigeait toute ma force, mais en même temps, elle me rendait tout autant. Ce n'est pas un hasard si je l'ai baptisée "Cahira", qui signifie "guerrier" en irlandais ancien. Quand je me suis vu sur une photo à côté de la moto, j'ai pensé : "Wow, c'est ce que mon frère entendait par " tenace " ! Maintenant, ma moto a aussi un surnom : "Beastie" (rires). 

Crédit photo Igor Sinitsin

Qu'est-ce que vous aimez en particulier dans ces motos ?

Le son, c'est sûr ! C'est comme... un rugissement. Et le son du V4 R fait battre mon cœur plus vite à chaque fois que je l'entends.

Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'être ici chez Ducati aujourd'hui ?

Un cadeau inattendu, organisé par un ami cher, il y a quelques jours. Mon père voulait à tout prix m'accompagner, et il est encore plus excité que moi d'être ici ! C'est un moment très spécial à partager pour nous.

Que signifie le mot "Ducatista" pour vous ?

Eh bien, pour moi, cela signifie que je ne peux pas imaginer conduire une moto qui ne soit pas une Ducati. C'est quelque chose que mon frère m'a transmis, il aimait vraiment sa 916. La 916, c'était lui. La V4 R c'est moi. Et c'est magnifique.

Inscrivez-vous à la newsletter

Saisissez votre courriel et vous serez toujours informé sur les nouveautés et les promotions Ducati.

Vous pouvez à tout moment compléter votre inscription et créer votre profil sur Ducati.com pour recevoir des communications personnalisées et accéder à toutes les fonctionnalités.

Saisissez un courriel valide