Giorgio Monetti

Giorgio Monetti est entré dans l'histoire de Ducati surtout grâce au "World Tour", un voyage extraordinaire et pionnier qui a duré une année entière (de septembre '57 à septembre '58) qu'il a accompli, avec son ami Tartarini, sur les routes de tous les continents.

Il est né à Bologne le 10 juin 1932, juste sous les Deux Tours. Il est le dernier des quatre frères d'une ancienne famille de la bourgeoisie bolonaise. Il reçoit une éducation classique, conformément à la tradition de sa maison, qui prévoyait que les hommes obtiennent un diplôme en médecine ou en droit.

Cependant, ayant un caractère assez rebelle, il a immédiatement recherché sa propre liberté intellectuelle et physique, ce qui l'a conduit, très jeune, à explorer les rues proches de sa maison, puis toute l'Europe.

Il a toujours aimé les voyages et l'aventure, les alternant avec des études universitaires, qui lui ont valu une licence en droit, obtenue après avoir fréquenté le lycée Galvani, l'un des plus populaires de la ville.

À l'âge de 16 ans, il a commencé à parcourir l'Europe avec des amis, en moto et en voiture (Topolino, Belvedere). Il ne se fixait aucune limite, qu'elle soit structurelle ou temporelle. Il vivait au jour le jour, profitant de ce qu'il voyait, apprenant sur place et surmontant les problèmes quotidiens. 

Ses études universitaires, ses voyages et sa première pratique judiciaire (achevée au cabinet d'avocats Turchi) étaient également alternés avec une importante activité sportive dans le secteur automobile, dans laquelle il donnait libre cours à son inventivité mécanique, en recherchant des solutions originales en matière de moteurs, d'alignements et de pneus. 

Cette même passion lui a permis d'acquérir une grande expérience dont il s'est largement inspiré lors du "World Tour".

Et même après son retour à Bologne, en tant que responsable du réseau commercial étranger de Ducati de 1959 à 1962, il collabore activement avec l'ingénieur Taglioni, responsable de la conception des moteurs, en créant avec lui un moteur de F1 dont la valeur n'était pas appréciée et comprise chez Ducati. Le moteur, cependant, avait été découvert et amélioré par John Surtees, champion du monde de moto et plus tard aussi de F1 avec Ferrari. Il aurait aimé l'acheter et le monter sur la Cooper ou la Lotus avec lesquelles il concourait dans la formule de pointe. En raison de l'opposition de l'ingénieur Taglioni, aucun accord n'a été trouvé.

Un autre projet mécanique très intéressant est la conception du premier moteur turbocompressé monté en série par Fiat.

C'est en fait son idée qui a conduit à la naissance du moteur suralimenté utilisé sur la Ritmo 105, une idée pour laquelle il a également reçu la reconnaissance de l'ingénieur Ghidella, qui était alors le numéro un de la marque turinoise.

Son expérience internationale et sa connaissance de l'anglais lui ont permis d'entretenir des contacts précieux avec de grands champions comme Mike Hailwood, qui a commencé à courir et à gagner (le Tourist Trophy) précisément avec Ducati. Il était également un grand ami de Tarquinio Provini, champion du monde, qui a écrit des pages inoubliables dans l'histoire du motocyclisme italien.

Les voyages intercontinentaux de Monetti ont continué même après le "World Tour".

En effet, il a retracé le Mato Grosso sur des Fiat Pandas expérimentales et a fait d'autres voyages dans plusieurs parties du monde pour le plaisir et le travail. Il était également un écologiste actif, l'un des principaux représentants du WWF dans les années 78-80 et a mené de nombreuses batailles pour cette association. La plus connue est celle pour la protection de la zone du Monte San Pietro, qui le vit se heurter à la gestion de nombreuses carrières qui voulaient prélever des quantités dévastatrices de matériaux dans les territoires environnants. 

Il quitte Ducati en 1962 et travaille comme concessionnaire automobile pour Fiat et Lancia de 1963 à 1990, et pour Iveco et Nissan de 1991 à 2000, jusqu'à sa retraite du secteur.

Il s'est toujours consacré à l'agriculture et travaille dans les champs avec des tracteurs et des machines agricoles dont il s'occupe personnellement. Sa passion pour la mécanique ne s'est donc jamais démentie. Homme aux mille intérêts, il a également été restaurateur de clochers anciens et a fait partie de groupes de sonneurs.

Aujourd'hui, Monetti aimerait réitérer l'exploit du "World Tour". Son rêve serait de se remettre au guidon d'une Ducati et d'aller de l'Alaska à la Terre de Feu. Ce serait la fin idéale d'une vie passée et consacrée à l'aventure sur toutes les routes du monde.

Inscrivez-vous à la newsletter

Saisissez votre courriel et vous serez toujours informé sur les nouveautés et les promotions Ducati.

Vous pouvez à tout moment compléter votre inscription et créer votre profil sur Ducati.com pour recevoir des communications personnalisées et accéder à toutes les fonctionnalités.

Vous consentez à la politique de confidentialité
Saisissez un courriel valide