Gianni Degli Antoni

Malheureusement, la brillante carrière de Degli Antoni s'est dramatiquement terminée par un accident sur le circuit de Monza en septembre 1956. Gianni Degli Antoni, un pilote originaire de Modène, est engagé par Ducati pour le Motogiro 1955. Les victoires obtenues dans les courses d'endurance permettent à Degli Antoni de devenir le pilote de référence de la nouvelle équipe Ducati. 

Gianni Degli Antoni devient le pilote d'essai officiel de Ducati entre 1955 et 1956.

L'expérience acquise par Gianni Degli Antoni au cours des longues séances d'essais a permis à Ducati de mettre en œuvre de nouvelles idées sur les motos de course. Malheureusement, la brillante carrière de Degli Antoni s'est dramatiquement terminée par un accident sur le circuit de Monza en septembre 1956. 

En février 1955, le prototype 100cc Gran Sport a fait ses débuts sur le circuit de Modène. 

Le résultat de la course est plus qu'encourageant, à tel point qu'il est décidé d'avancer au mois suivant le début officiel du modèle 100 GS - appelé Marianna - à l'occasion de la course la plus dure, la plus spectaculaire et la plus populaire auprès du public : le "Motogiro d'Italia". 

Ducati était sûr du potentiel de sa moto, mais ses pilotes de l'époque devaient encore prouver leur valeur, ils étaient tous jeunes et inexpérimentés dans le monde de la course : Degli Antoni, Fantuzzi, Tartarini, Maoggi, Spaggiari, Villa et Scamandri. 

Gianni Degli Antoni, 26 ans, est un pilote jusqu'alors inconnu du grand public, mais il remporte facilement la catégorie 100cc à une vitesse moyenne de 98,90 km/h, plus rapide que de nombreuses 250 et que les motos modernes Benelli.

La course a duré neuf jours et des centaines de kilomètres ont été parcourus sans pratiquement aucun repos autre que celui de la nuit. 

La 100 GS et Gianni Degli Antoni sont devenus la meilleure équipe officielle Ducati qui ait jamais existé jusqu'à ce moment. Les hautes performances et la fiabilité de la moto, associées à l'endurance et aux compétences du pilote, ont fait de lui un favori chez Ducati, tant pour le développement de la moto que pour les compétitions.

Les résultats et les conséquences positives de ces victoires surprennent le même concepteur de la moto, Fabio Taglioni.

En pratique, les coureurs italiens avaient pour mission de collecter les meilleurs résultats possibles, mais surtout de conduire avec soin et intelligence pour recueillir le plus de données techniques possible. Ce triomphe, surprenant, est également dû à la grande préparation des hommes et des moyens.

Taglioni a minutieusement mis au point les moteurs et tous les pilotes de l'équipe se sont préparés au mieux à l'épreuve d'endurance, en apprenant les notions de mécanique nécessaires et en étant en bonne forme physique. Enthousiasmé par ses succès, Ducati décide de participer non seulement aux courses nationales mais aussi aux Grands Prix, dans un championnat international qui se déroule dans toute l'Europe.

Le 25 février 1956, l'équipe officielle menée par Degli Antoni, incontestablement le meilleur pilote de l'entreprise, s'inscrit dans la catégorie 125cc. Ce fut l'épreuve la plus intéressante et la plus stimulante, tant sur le plan mécanique que sur celui de la compétitivité des adversaires, puisqu'il s'agissait d'affronter les équipes les plus prestigieuses de l'époque, telles que : MV Agusta, Mondial, Gilera, l'allemand DKW et la jeune marque espagnole Montesa.

Tandis que l'ingénieur Taglioni concentre ses efforts sur le nouveau projet de Trialbero Desmo (nom donné à la nouvelle 125), Degli Antoni poursuit la compétition avec la 100 GS. Il participe à plusieurs courses d'endurance avec de bons résultats. Il remporte dans sa catégorie la Milan-Taranto, une course de 1400 km sur route ouverte, enregistrant l'impressionnante vitesse moyenne de 103,172 km/h. 

Afin de participer à la première manche du championnat, Taglioni prépare la nouvelle moto en un temps record, afin que l'équipe puisse être sur le circuit de Hedemora pour le Grand Prix de Suède. Les 14 et 15 juillet 1956, plus de 40 000 spectateurs, répartis sur les sept kilomètres de la piste suédoise, assistent à la course. Il semble que les conditions météorologiques soient favorables à l'équipe italienne : après une chaude journée d'été, le samedi arrive avec une température agréable qui favorise le travail des pilotes et des mécaniciens.

Gianni Degli Antoni est entré sur le circuit pour les essais avec une connaissance très limitée de la nouvelle moto. Le champion national suédois Olle Nygren était également sur la piste, au guidon d'une Ducati 125 GP. Nygren prend la tête dès le départ. Ayant vu les essais spectaculaires du pilote italien, il sait que ce n'est qu'en distançant son rival dès le début qu'il aura une chance de gagner. Son optimisme a duré le temps de quelques virages, car la supériorité de Degli Antoni était évidente dès le premier tour, lorsqu'il a pris la tête et y est resté pendant toute la course, avec un écart de trois secondes sur le Suédois. Le pilote italien, portant le casque classique assorti au carénage à bandes rouges et blanches, est entré dans le mythe avec un triomphe et le record absolu de la course, grâce au temps de 48 minutes et 8,1 secondes.

Cette victoire a valu au pilote et à Ducati le respect d'un rival très compétitif, comme MV Agusta, classé troisième, et Mondial, qui était le favori à la veille de la course.

Pour Gianni Degli Antoni, c'est le moment de son plus grand bonheur. Cette victoire lui confère une réputation de pilote imbattable, tant dans les courses d'endurance que dans les Grands Prix.

La course suivante se déroule en Italie, où tout le monde l'attend. Le rendez-vous était dans deux mois et Degli Antoni voulait se préparer au mieux. Il prévoit donc une longue séance d'essais sur le circuit de Monza, mais le destin lui réserve une surprise tragique.

Le 7 août 1956, lors d'une séance d'essais privés sur le circuit de Monza, Gianni Degli Antoni perd le contrôle de sa moto et s'écrase dans le célèbre virage Lesmo. Il meurt sur le coup. Il n'avait que 27 ans.

A sa place, l'équipe Ducati engage Alberto Gandossi. La Ducati 125 de Taglioni n'a pas réussi à répéter le Grand Prix de Suède victorieux. Dans un Grand Prix d'Italie triste et sans couleur, la splendide Ducati 125 Desmo GP ne peut compter sur un pilote du talent et du charisme de Degli Antoni. Gandossi et Nygren se classent finalement quatrième et neuvième.

En 1957, Ducati décide de faire une pause pour se consacrer au développement de nouvelles motos et à la recherche de nouveaux pilotes.

Inscrivez-vous à la newsletter

Saisissez votre courriel et vous serez toujours informé sur les nouveautés et les promotions Ducati.

Vous pouvez à tout moment compléter votre inscription et créer votre profil sur Ducati.com pour recevoir des communications personnalisées et accéder à toutes les fonctionnalités.

Vous consentez à la politique de confidentialité
Saisissez un courriel valide